Nov 27 2016

Présidentielle. Les communistes appellent à voter Jean-Luc Mélenchon

Les résultats du vote des adhérents du PCF ont été annoncés samedi en début de soirée : 53,6% d’entre eux se sont prononcés en faveur d’un appel à voter pour Jean-Luc Mélenchon.

vote-pcf

Les communistes ont finalement choisi de soutenir Jean-Luc Mélenchon pour la présidentielle de 2017. Appelés aux urnes depuis jeudi et jusqu’à ce samedi midi, les adhérents du PCF se sont exprimés à 53,6% en faveur d’un appel à voter pour le député européen  tout en « conservant leur autonomie, critique et constructive » et en travaillant  à « un cadre collectif de campagne élargi afin d’œuvrer à la construction d’un rassemblement le plus large possible », stipule le bulletin de vote sur lequel ils se sont prononcés. En 2011, à la veille de la campagne présidentielle sous les couleurs du Front de gauche, 59,1% des militants communistes avaient opté en faveur de cette candidature.
Cette fois, le vote est plus serré puisque 46,4% des voix exprimées se sont portées sur la deuxième option en lice. Celle d’une candidature issue des rangs du PCF, assortie d’un possible retrait in fine, et qui avait obtenu la majorité des suffrages (55,69%) lors de la Conférence nationale organisée par le PCF le 5 novembre dernier. En outre, sur les 56 365 adhérents du PCF à jour de leurs cotisations, 40 937 ont participé au vote (soit 72% des inscrits).
« L’option 1 est en tête, c’est un choix majoritaire pour une campagne autonome du Parti communiste français en appelant à voter Jean-Luc Mélenchon. Il faut donc maintenant que l’ensemble des communistes se rassemblent derrière cette option. Pierre Laurent (le secrétaire national du PCF, NDLR), dès la semaine prochaine, portera la conception de la campagne qui sera la nôtre », a déclaré Olivier Dartigolles, le porte-parole du PCF à l’Humanité. « C’est un score clair pour l’option 1  mais c’est aussi un signal adressé à Jean-Luc Mélenchon : il y a une majorité sur cette option mais pas un raz-de-marée. Les communistes sont très soucieux de maintenir une démarche de rassemblement très ouverte qui se fixe toujours l’objectif de gagner des majorités politiques », a-t-il ajouté.
C’est ce dont témoigne l’approbation à plus de 92% de la résolution intitulée « Unis pour l’humain d’abord » sur laquelle les militants étaient également invités à voter.  Le document, adopté lors de la Conférence nationale à 94%, précise la démarche du PCF pour les échéances de 2017. Il spécifie notamment sa volonté de poursuivre ses « efforts » de rassemblement de la gauche alternative, pour les élections législatives comme pour la présidentielle, malgré son engagement plus avant dans la campagne, ainsi que les sept axes de propositions autour desquels les communistes proposent de construire un « pacte d’engagements communs » pour y parvenir.

Article paru dans l’Humanité ->ICI

Nov 21 2016

Appel de syndicalistes à soutenir Jean-Luc Mélenchon

Appel publié le 21 novembre 2016 sur le site frontcommun.fr   :  ICI ->

La séquence électorale qui verra se succéder les élections prmanifestation-du-14-juin-jean-luc-melenchonésidentielles et législatives en 2017 revêt une importance inédite pour le monde du travail.

Les scénarios annoncés évoquent la probabilité d’un face à face au deuxième tour entre une droite ultra réactionnaire et l’extrême droite. Nous sommes conscients de ce que cela signifie en termes de régression des droits et garanties collectives, de précarité, de dégradation des conditions de vie et de travail de millions de salariés. Cela s’accompagnerait d’une mise en lambeaux des services publics déjà fortement attaqués et d’une répression antisyndicale encore plus acharnée.

Force est de constater que ce scénario du pire est rendu possible par les renoncements successifs et les choix libéraux mis en place par un pouvoir supposé de gauche, porté à la direction des affaires en 2012 par le rejet de la droite et de sa politique antisociale.

Le pacte de responsabilité, la loi El Khomri imposée de force, le CICE, l’austérité, la promotion de la concurrence et la dérèglementation des services publics, la réforme territoriale ont, entre autres, été autant de preuves du reniement des engagements de 2012 et de l’abdication du pouvoir face aux exigences du MEDEF.

Comme syndicalistes, nous n’imaginions pas à l’époque pouvoir être confrontés à tant de mauvais coups portés aux travailleurs de ce pays.

Les conditions des luttes sociales sont rendues d’autant plus difficiles malgré quelques succès, qu’elles se heurtent au manque de perspective politique crédible ouvrant l’espoir d’un avenir de progrès. C’est pourquoi, nous considérons que les syndicalistes ne peuvent rester spectateurs des élections à venir et doivent s’exprimer.

Personne à lui seul ne peut se prévaloir de la parole des syndicalistes en général. C’est pourquoi les signataires de ce texte donnent ici un avis qui n’engage évidemment pas les organisations dans lesquelles ils militent.

Mais nous pensons qu’empêcher la droite et l’extrême droite d’accéder au pouvoir n’est possible qu’à la condition d’ouvrir l’espoir d’une vraie alternative de transformation sociale et écologique autour d’une candidature crédible et rassembleuse à l’élection présidentielle.

Pour nous ce candidat est Jean-Luc Mélenchon, parce qu’il porte un programme avec lequel nous nous retrouvons en très large accord, même si tel ou tel aspect de celui-ci peut toujours faire débat. Jean-Luc Mélenchon est en outre le mieux placé pour impulser un large rassemblement ayant vocation à devenir majoritaire et permettant à tous les citoyens épris de justice sociale de se retrouver ensemble.

Nous ne signons pour autant aucun chèque en blanc. L’action syndicale, les mobilisations populaires et les luttes seront toujours d’actualité quelle que soit la nature du pouvoir sorti des urnes en 2017. Mais il va de soi que le succès de ces luttes dépend aussi très largement du contexte politique dans lequel elles se déroulent.

C’est pourquoi, nous appelons à faire des échéances électorales autant de rendez-vous de mobilisation des salariés autour de leurs aspirations et revendications. Nous les appelons à utiliser le bulletin de vote de Jean-Luc Mélenchon à l’élection présidentielle comme d’un outil de lutte pour leur satisfaction.

 

Nov 09 2016

MAMERE – MELENCHON : REGARDS CROISES

Le mercredi 9 novembre 2016, Jean-Luc Mélenchon et Noël Mamère se rencontraient pour un dialogue sur quelques grands sujets de la vie politique française et internationale : résultat de l’élection présidentielle américaine, planification écologique, sortie du nucléaire, protection de l’écosystème…

 

Oct 16 2016

L’AVENIR EN COMMUN

fi

La convention nationale des Insoumis vient de clôturer ses travaux en adoptant son programme pour 2017, dont les mesures symboliques suivantes constituent les axes de la campagne de Jean-Luc MELENCHON à l’élection présidentielle, et celle des candidats de FRANCE INSOUMISE aux législatives.

 

  1. Refuser les traités de libre-échange : le traité transatlantique TAFTA entre l’UE et la France, CETA avec la France et le traité TISA de libéralisation des services
  2. Abroger la loi El Khomri, rétablir la hiérarchie des normes sociales et le principe de faveur
  3. Règle verte : ne pas prélever sur la nature davantage que ce qu’elle peut reconstituer, ni produire plus que ce qu’elle peut supporter
  4. Plan A : Proposer une refondation démocratique, sociale et écologique des traités européens par la négociation / Appliquer un « plan B » en cas d’échec des négociations
  5. Plan de transition énergétique vers les énergies renouvelables par la sortie du nucléaire
  6. Droit de révoquer un-e élu-e
  7. Référendum pour engager le processus constituant vers une VI ème République
  8. Protection des biens communs : l’air, l’eau, l’alimentation, le vivant, la santé, l’énergie, la monnaie ne sont pas des marchandises
  9. Séparation des banques d’affaires et de détail et création d’un pôle public bancaire
  10. Smic mensuel à 1300 euros nets et revalorisation des salaires des fonctionnaires
  11. Droit de retraite à 60 ans
  12. Refuser les OGM, bannir les pesticides nuisibles
  13. Application réelle et immédiate des 35 heures de travail hebdomadaire. Aller vers les 32 heures
  14. Sortir de l’OTAN
  15. Rembourser à 100% les soins médicaux prescrits

Oct 15 2016

Revenu universel ou Salaire à vie ?

Médias et cercles politiques bruissent et s’agitent de plus en plus autour de la notion de REVENU UNIVERSEL, au point que la région Nouvelle Aquitaine a lancé le 30 septembre une réflexion en vue d’expérimentations locales.

Le consensus politique, sur cette notion, occulte une autre proposition : le SALAIRE À VIE, autrement plus porteuse de transformations sociales puisqu’elle vise à restituer à chacun-e la maîtrise de son travail, en le libérant des institutions capitalistes, qui le/la réduisent à une force de travail louant ses services sur un marché du travail dominé par des employeur-se-s.

Le REVENU UNIVERSEL légitime le capitalisme : en effet, tout en prétendant sauvegarder de la grande pauvreté, il n’en élimine pas les causes et perpétue un système inégalitaire (par exemple, les inégalités décisives entre employeur et employé, prêteur et débiteur, propriétaire et locataire, etc.).

À l’opposé, le SALAIRE À VIE constitue la généralisation du système des caisses de sécurité sociale qui salarient déjà des millions de retraités, les soignants, les parents, sans asservissement ni au profit, ni au marché du travail.

le-salaire-a-vie-comment-ca-marche

( cliquez sur le croquis pour l’agrandir )

Oct 15 2016

Convention de la FRANCE INSOUMISE

convention-france-insoumise

Discours de Jean-Luc Mélenchon à Lille en clôture de la convention de la France insoumise prononcé le 16 octobre 2016. Rejoignez la France insoumise sur : http://www.jlm2017.fr. Pour financer ce type d’évènement, nous ne pouvons compter que sur nous-mêmes. Aidez en faisant un don sur : https://dons.jlm2017.fr.

 

Août 31 2016

Le piège des primaires

le-piege-des-primaires

Interview d’Alexis Corbière, porte parole de Jean-Luc Mélenchon, dans L’Opinion. Il publie Le piège des primaires aux éditions du Cerf.

 

Pourquoi la primaire reproduit-elle, selon vous, tous les défauts de nos institutions ?

Elle exacerbe la présidentialisation de la Ve République et caricature un peu plus toutes ses tares. Chacun, pour exister, se doit d’être candidat au moins le temps de la primaire. La Ve République, avec l’élection présidentielle au suffrage universel, selon la vision césariste chère aux gaullistes, c’est la rencontre entre un homme et un peuple. Avec les primaires, tout se jouerait dans la rencontre entre un homme et un petit réseau de CSP+. Les débats, les congrès n’ont plus aucun intérêt. Vous ne pesez plus dans un parti politique par le poids que vous donne le vote des adhérents, mais par votre score dans la primaire et le choix que vous avez fait au second tour. C’est ainsi que Manuel Valls est devenu Premier ministre. Cette course de petits chevaux se joue en fonction de « celui qui a le plus de chances d’être au second tour ». Et ce sont les sondages qui donnent la réponse. Certains chevaux sont dopés aux sondages, d’autres non. Et le plus dopé l’emporte.

Le plus riche aussi, dites-vous ?

Oui, ceux qui ont le plus de moyens sont privilégiés. Reprenons ce qui s’est passé en 2011 dans la primaire des socialistes : c’est le candidat qui avait le budget le plus significatif, François Hollande, qui l’a emporté. Pire encore : En savoir plus »

Juin 02 2016

Le combat continue

Spécial COPINAGE : un dessin de TARDI pour SINÉ MENSUEL n° 54 de juin 2016

tardisinemensuel loi Komri

Articles plus anciens «